Baiser … du Christ. La prostitution « sacrée » à la mode !

e,- – dddd

 

r-48
Source de l’image : https://questions.aleteia.org/articles/48/qui-

 

 

  • Par Virginia Pele, le 11/05/19

« La compagne du Fils est Marie-Madeleine. Le Seigneur aimait Marie plus que tous les disciples ; il l’embrassait souvent sur la bouche (…)Pour les gnostiques, le baiser est le signe d’une intimité spirituelle et non pas charnelle. En tant qu’échange de souffle, il marque la communion et la régénération spirituelle réciproque. Dans l’Évangile selon Marie, après le départ définitif du Ressuscité, c’est Marie elle-même qui va vers les disciples désemparés et qui leur donne à tous un baiser sur la bouche. Le baiser était communément pratiqué au sein des communautés gnostiques, mais il en était de même dans les premières communautés chrétiennes. »[1]

 

Le développement personnel va bon train. « Amour inconditionnel », « Bienveillance », « Vulnérabilité », « Accueil », autant de notions ritournelles qui favorisent, semble-t-il, la complaisance et la régression infantile- il faut bien le dire. Je vous explique :

  • Circule sur Youtube une vidéo de la chaîne TedX intitulée, si nous traduisons le titre : « Ce qu’une travailleuse du sexe peut nous enseigner sur les relations humaines ». (Je vous laisse chercher sur youtube – la vidéo est aussi sur la page facebook ED)
  • Dans cette vidéo, l’oratrice nous fait part de la vulnérabilité de ses clients.
  • Démunis, ayant tout perdu, emplois, maisons, femmes, enfants ; les voilà suffisamment désemparés pour trouver du réconfort charnel, mais, entendons-nous bien, tout aussi bienveillant et spirituel auprès de la prostituée.

Chères lectrices et chers lecteurs, nous avions déjà l’habitude, vous allez me dire, de la « prostitution éthique »[2], du « proxénétisme bienveillant ». L’éthique minimaliste nous a bien dressés : nous sommes des agents économiques rationnels, mais, attention, en situation manifeste d’inégalités, un seul recours : LE CONTRAT. Ainsi, le corps humain est monnayable, sous des conditions bien établies entre les parties.

Mais là, quand même, c’est une toute autre dimension : l’ « amour inconditionnel ». Cette « travailleuse du sexe avec 18 ans d’expérience dans l’industrie » fait ainsi preuve d’un « amour inconditionnel » : elle ne demande rien en échange, telle une mère avec son enfant, elle accueille le petit tel qu’il est. Je suis sûre que, déjà, vous voyez ce qui cloche …

Les amis, inspirez, expirez, gonflez bien le ventre et, pour l’instant, retenons ceci :

  • A l’écoute des laissés- pour- compte, la prostituée les réconforte, sexuellement et psychologiquement surtout.
  • Voyez, les descendantes de la Magdala ont tous les rôles. Elles mettent de l’Amour dans le cœur de ces hommes perdus. La prostitution apaise les âmes. C’est si valorisant.

Alors, que Dieu me pardonne ce pêché, je ne voudrais pas paraître sans cœur, mais subsistent, en ce qui me concerne, quelques questions (#ImABadGirl) :

 

priest confession media
Srouce : http://stolenvermeer.blogspot.com/2008/01/stolen-art-watch-whitey-bulger-with.html

 

1 – Une remarque d’ordre sociologique

Les formes d’interaction et de relations qui se nouent entre « clients » et prostituées sont déjà bien documentées par la sociologie des professions ou des mouvements sociaux[3]. Or, précisément, ces relations entrent dans le cadre de la prestation : les prostituées savent ce que les clients attendent. Que cela soit en termes d’apparence, manière de s’exprimer, des gestes- la codification encadre bien la pratique prostitutionnelle.

L’argument autour de la tolérance ou de l’ « amour inconditionnel » est séduisant à l’ère du care et du développement personnel, mais, tout au plus, le compassionnalisme relève d’une pratique conditionnée par la demande. Certes, l’effet rhétorique est certain : loin de la prostitution bestiale, voilà que l’on nous dit : mais non, regardez, il y aussi de l’échange, de l’humain, voire de l’empathie.

Pour autant, privilégier une « thérapie prostitutionnelle », plutôt qu’une thérapie auprès d’un professionnel de la santé mentale n’est pas anodin :

  • La pratique psychothérapeutique, considérant le phénomène de transfert, manifeste dans le cas qui nous concerne (Popol n’a pas passé Œdipe, il veut fusionner avec maman érotique pour être rassuré), le régule justement par l’argent : le patient s’acquitte de la dette à l’égard du psychothérapeute. C’est-à-dire qu’il n’y ni attachement affectif, ni pulsionnel puisque le psychothérapeute n’est pas là pour donner le sein et répondre aux besoins primaires du petit Paul. Mais il se tient à distance de sorte que le patient puisse activement investir le travail réflexif[4].
  • Or, la prostitution Sainte- Magdala fait de la fusion (source de plaisir) l’objet de la transaction : j’utilise ton corps comme un éjaculatoire-automate, et, dans ce cadre, ton écoute est source de plaisir érotique.

Tout cela pour dire que la « vulnérabilité » n’est pas synonyme de profondeur, ni d’humanité, qu’elle est partie intégrante de toute personne mais qu’elle conditionne des actions à double issue ici : dans le premier cas, le patient veut grandir et devenir adulte, dans le second, il y a simple stagnation. Je me plains comme je me plaindrais, au mieux, à une bonne copine, à ceci près qu’ici l’objet sexuel est disposé à prendre attentivement soin de mes frustrations, de mes problèmes, sans me contredire, en me donnant un peu de courage et surtout, dans le cadre de sa fonction première, c’est-à-dire de réceptacle.

Mais au fond, c’est quoi l’amour inconditionnel ?

 

2 – Une remarque d’ordre philosophique

 

Soyons brève. L’amour inconditionnel, conceptuellement, c’est « lève-toi et marche »[5]. Non pas, je te materne petit être sans défense, « vulnérable ». Nous connaissons tous ces grands « sauveurs » dans notre entourage.

Pour revenir chez les Grecs, la beauté de la notion d’agapè, l’amour inconditionnel, dans le Phèdre de Platon par exemple, réside dans le fait que celui qui en est capable voit au-delà de la souffrance et de la condition de son congénère. Il ne prétend pas partager la souffrance de son interlocuteur. Ni être une bonne maman attentive. Simplement, il sait que vivre, c’est se découvrir, sans complaisance, avec lucidité, pour se donner sa juste loi (autonomos). Tenir sur ses deux jambes. Et non pas utiliser les ressources émotionnelles et physiques d’autrui pour décharger son mal-être ou ses caprices.

Ces personnes désintéressées sont très rares. Autant leur reconnaître cette dignité et ce mérite, plutôt que de travestir, une nouvelle fois, ce savoir-vivre et ce savoir-être GRATUIT qui nous élève, en une espèce de slogan mou et une basse compensation existentielle.

***

[1] Cf. http://marie-la-magdaleenne.over-blog.com/2018/04/le-baiser-de-jesus-a-marie-madeleine.html

[2] Cf. https://beyourownwomon.wordpress.com/2015/09/30/sacre-choix-les-robinsonnades-du-feminisme-contemporain/

[3] Pardonnez le peu de rigueur mais, par efficacité, possibilité de regarder du côté de la sociologie de Chicago pour les premières études sur la prostitution et, plus récemment, pour la France, hormis des postures politiques discutables, Lilian Mathieu. Toute bibliographie plus patiente et exhaustive est bienvenue en commentaire pour alimenter.

[4] En principe, car les abus de pouvoir peuvent s’introduire, évidemment, dans la relation entre le patient et le psy.

[5] Du côté de Jean, Cf. https://saintebible.com/john/5-8.htm

 

©EtoilesDigitales – CyberEspace de politique féministe 2019

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :